fbpx

Cher Choupinou,

« Que penses-tu de la recherche de la perfection dans l’imperfection? » Non mais c’est quoi cette question à la con ??? Sérieux ! Mon détecteur à bulshit s’affole ! Ça veut rien dire ton truc !!! Heureusement que la deuxième question me permet de mieux percevoir la vérité derrière ces mots, avouons-le, bien vides.

La perfection

Cela nous emmène au cœur du problème, le regard de l’autre.

Dans ma formation pour Affronter Ses Peurs, je décortique les principales peurs auxquelles le commun des mortels est confronté : la mort, justement, mais aussi la solitude, la peur de l’échec, et d’autres. Toutes sont reliées d’une manière ou d’une autre à la peur du regard de l’autre, le fameux besoin d’appartenance dans la pyramide de Maslow.

Pourquoi rechercher la perfection si ce n’est pour être  irréprochable, et donc acceptable aux yeux de l’autre, aimable ?

L’amour

Ah ! L’amour ! Toute notre vie à lui courir après !

L’amour des parents en premier lieu, puisque notre vie en dépend. Puis l’amour de la famille et des amis. Et même l’amour du patron et des collègues ! Sans compter l’amour amoureux, celui qui comble tous nos besoins, tous nos manques.

Voilà à quoi sert l’amour pour la grande majorité des gens : combler tous ses besoins et tous ses manques. C’est horrible, non ? Des gens bancales qui cherchent le soutien d’autres gens bancales. Et bé on n’est pas sortis de l’auberge !!!

Dans son excellent bouquin que je n’arrive pas à finir, The State Of Affairs, Esther Perel résume ce que l’on attend de notre partenaire amoureux en ces mots :

Intimacy is “into-me-see.” I am going to talk to you, my beloved, and I am going to share with you my most prized possessions, which are no longer my dowry and the fruit of my womb but my hopes, my aspirations, my fears, my longings, my feelings—in other words, my inner life. And you, my beloved, will give me eye contact. No scrolling while I bare my soul. I need to feel your empathy and validation. My significance depends on it.

Wow !!! Ça fait un peu beaucoup non ?

Les besoins

Et elle enfonce le clou avec un peu de faits historiques. Avant, pas si loin que ça, une personne était entourée de toute une communauté. Il y avait les époux, réunis par le mariage par nécessite économique, avec la femme astreinte à la fidélité pour que monsieur soit sûr que ses possessions, le fruit de son travail, reste dans la famille, le fruit de ses couilles. L’amour était ailleurs, dans les relations extra-conjugales. Et le sexe aussi, hormis les questions de reproduction et de succession. Il y avait donc les enfants, et la famille comme socle, puis le cercle des amis pour pouvoir tenir le coup, etc. jusqu’au curé qui s’occupait de ton âme. Aujourd’hui, tous ces rôles dispersés sont mis entre les mains d’une seule et unique personne, le partenaire amoureux. Mon amour, tu seras mon amour, mon ami, mon amant, ma famille, mon confident, mon meilleur ami, mon soutien psychologique et financier, mon partenaire avec qui je partage TOUT, et mon « âme » sœur (oui, tu lui fous aussi le spirituel sur le dos !).

Et toi, tu trouves ça normal d’avoir de telles exigences envers un autre être humain. Et tu sais quoi Choupinou, l’autre aussi attend la même chose de toi ! Yeap ! Ça fout le vertige, non ?

Tu comprends bien que de telles attentes ne sont pas réalistes. Tu comprends bien que cette « perfection » est impossible. Il va falloir faire avec l’imperfection. Il va falloir trouver un autre moyen de combler tes besoins et tes manques.

Mais lequel Virginie ? Me demande-tu anxieusement !!! Ma réponse ne va pas te plaire… Et bien il va falloir trouver tout ça à l’intérieur de toi. Il va falloir que tu combles toi-même tes besoins et tes manques. Il va falloir que tu t’aimes toi-même.

Voilà voilà.

Oublie le 42 (ou la perfection). La réponse à toutes les questions de l’univers est « aime-toi toi-même ».

Tiens-toi debout tout seul, et l’autre n’aura pas le poids de ton bonheur sur les épaules. Et réciproquement. Tu comprends ce que je veux dire Choupinou ?

Du coup, être hypersensible n’est plus vraiment un problème pour construire une relation/un couple. Tu gères ton propre business, et l’autre aussi. Après, il peut être intéressant de savoir poser des limites. Je t’invite à écouter le podcast d’Esther sur les limites.

En tout cas, je suis super contente que cette nouvelle année s’annonce sous les auspices de l’introspection pour toi. Tu verras combien faire connaissance avec toi-même (et t’aimer toi-même) résout bien des questionnements dans ta vie.

À très bientôt sur le chemin,

Virginie

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.