fbpx

I’m not a travel blogger

Ça y est, ça fait une dizaine de jours que je suis posée à Santo Domingo et je commence à me sentir chez moi. J’ai pris mes petites habitudes, mes routines, mes repères. Aaaaahhh ! Les habitudes et les routines et les repères !

I miss that place.

Toutes les villes, toutes les régions, et encore plus toutes les îles, ont leur particularités, leurs codes, leurs propres fonctionnements. Je ne pense pas qu’il soit possible de comprendre toutes ces différences juste en regardant des vidéos sur YouTube, ou des documentaires, ou en lisant des livres et des histoires. En tout cas, sur moi, ça ne marche pas. Il faut vivre le lieu pour s’en rendre compte et pour appréhender ses multiples subtilités.

Je suis installée à Santo Domingo, République Dominicaine, en bordure de la Zona Colonial, quartier populaire (je ne sais pas trop quoi mettre dans ce mot, populaire, mais il semble faire l’affaire dans ce contexte-là). Il y a des colmados à chaque coin de rue, littéralement. Pas de doute, tu es en Rep Dom ! Un colmado est une mini supérette où tu trouves principalement de l’alcool, un peu de pain, parfois quelques fruits et légumes, et plein de trucs sucrés et très gras en boîte. Et puis tu peux y recharger ton téléphone ou jouer à la loterie nationale. Le truc pratique à avoir en bas de chez soi, quoi. Il y a les vendeurs de rue qui crient en passant “bananes, bananes, regardez mes belles bananes” ou quelque chose comme ça en espagnol. Il y a les motos qui pétaradent, les voitures qui klaxonnent… c’est assez animé ! (Faudra que je te parle de la circulation et de l’art d’être un piéton en République Dominicaine, ça vaut son pesant de mani.)

Tous les jours, je fais à peu près la même chose. Je remonte la Calle Padre Billini jusqu’au Corner Café, où je m’installe pour travailler, siroter mon café con leche, ou même petit-déjeuner. Je peux y squatter pendant des heures. Parfois, je pousse le vice jusqu’à y manger à midi. Ou alors je vais au Café Conde sur la place principale, face à la cathédrale. À l’occasion, je vais visiter un endroit visitable. En ce moment je n’ai pas trop la tête à ça, ni les finances, et puis j’ai déjà fait le tour de ce que je voulais voir. Ensuite, je marche, je déambule dans les rues, je fais trois courses, j’achète une bouteille d’eau (oui, j’achète de l’eau en bouteille, je n’arrive pas à faire confiance au réseau citadin, ni à la plomberie de l’immeuble…) et je rentre. Bref, j’ai ma petite routine. 

Voilà voilà. C’est ma vie trépidante de voyageuse autour du monde. Ça te donne envie, hein ? Je t’entends vociférer d’ici : “mais ça te sert à quoi de voyager si tu n’en profites pas ???” sous-entendu faire plein de trucs tout le temps… Mais détrompe-toi, j’en profite ! É.nor.mé.ment !!! À ma façon. J’adore ce que je fais, et ce que je ne fais pas. Prendre le temps. Choisir mon rythme. Faire partie des lieux, du paysage. Sentir la ville, la vie autour de moi. Observer les gens. C’est ça, mon voyage à moi.

Alors tu peux toujours courir pour que je te fasse la liste des “10 trucs à faire à Pétaouchnok” ou les “7 meilleurs endroits où bruncher le dimanche matin”. (Si tu connais de bons brunchs à Santo Domingo, je suis preneuse !) Moi, je ressens. Je vis, tout simplement. Et je kiffe ma race !

Et toi, tu aimes ton quotidien ? Tu as des routines qui t’épanouissent ?

EDIT : Je suis actuellement à Mexico. J’y suis arrivée il y a 3 jours, en train de recréer ma routine, à la recherche d’un bureau tout choupinou et d’un bon brunch pour les dimanches !😜

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.