fbpx

J’adore les jeûnes !

Tu as certainement déjà regardé le documentaire sur le jeûne diffusé sur Arte. Non ??? Bah mon gars faut te bouger les doigts duc’ et aller le voir tout de suite !!! J’ai dit tout de suite ! C’est fascinant. Je l’ai vu il y a plusieurs années maintenant, peut-être 7 ou 8 ans. Depuis, je jeûne au minimum deux fois par an. Pendant 5 jours. Et j’adore ça !

Avec ma bouteille Stark qui me suis depuis plus de 20 ans !

Avant de faire mon tout premier jeûne, je me suis beaucoup documentée. Ça fait quand même flipper un peu d’arrêter totalement de manger pendant 5 jours, sans aucun suivi médical, avec seulement ma bonne volonté (j’ai de la volonté, moi ???). Et puis je me suis lancée. Après avoir fait mes 5 jours de préparation, où j’élimine progressivement les protéines animales, les laitages, le sucre, le gras, etc. pour ne garder au final que des légumes, j’ai arrêté de manger. Je me suis gavée de tisane au début (j’aime pas les tisanes…), puis ça m’a vite gonflée donc je n’ai tourné qu’à l’eau.

Jour 1

Le premier jour tout va bien. Ton estomac te fait savoir qu’il est là mais si tu ne l’écoutes pas, il se calme. Ça se passe sans problème.

Jour 2

Le deuxième jours, ce n’est plus ton estomac qui râle, mais tout ton corps. Pas d’accord ! Pas d’accord ! On va mourriiiiiiiiiiir !!! Mais non bougre d’imbécile. Pioche dans les réserves. Seulement il n’a pas l’habitude, il ne sait pas trop comment faire, ton corps. Normalement ça lui arrive tout prêt tout mâché, or là il faut qu’il aille dans les réserves de graisse, les déloger, les décomposer, et les assimiler. C’est du boulot qu’on sait pas trop faire. Pis l’est feignant, mon corps. C’est bien mon corps à moi ! Alors il se met en mode économie d’énergie, genre chaque geste devient difficile, tu passes ton temps à dormir, et ta tête tourne dès que tu changes de position. Bref, tu te sens mal.

Jour 3

Mais petit à petit la machine se met en route. Le troisième jour se passe mieux. Le corps commence même à faire le grand ménage de printemps, ce qui a pour résultat de faire apparaître des boutons sur la face et de donner une haleine de chacal. Détox à fond. Tu dors encore beaucoup, mais tu ne te sens plus à l’article de la mort comme la veille.

Jours 4 et 5

Puis viennent les quatrième et cinquième jours. Et là t’es au taquet !!! Tu as une pêche d’enfer ! La banane ! La patate !!! Ton cerveau tourne à 3000 à l’heure, tu te sens capable de faire un marathon, et tu es joie dans ton cœur. Tu commences même à avoir une jolie peau. En fait, c’est comme si tu améliorais la netteté d’une photo sur Photoshop. Tous les sens sont comme débarrassés d’un voile subtilement terne, mais bien présent. La vision est plus claire, les sons sont moins brouillons, les odeurs plus spécifiques, et les idées carrément plus perspicaces  et créatrices. J’te jure, faut le vivre pour le croire.

Et après ?

Manger ? C’est quoi ça déjà ? Ça sert à quoi ? Telle est la question le sixième jour. Tu te retrouves devant tes crudités sans grand enthousiasme. Mais bon, faut quand même faire attention. Soyons raisonnable. Cinq jours, c’est raisonnable. Et puis je perds un kilo par jour en moyenne, faudrait pas descendre trop bas. La période de récupération ressemble à la période de préparation, mais à l’envers. La réintroduction se fait progressivement. Sauf que les conneries grasses et sucrées ne sont plus très attrayantes. Pendant un certain temps. 

Nou ap fè soup

En règle générale, je commence le vendredi. Cela n’a aucune incidence sur ma manière habituelle de fonctionner. Auto boulot dodo, tout pareil. Les samedi et dimanche, c’est pas bouger à la maison. Au fil des années, ils sont devenus beaucoup moins difficiles, mais je dors quand même pas mal. La bonne excuse. Et le lundi je repars au boulot en forme, et personne ne remarque jamais rien ! Mais qu’est-ce que je suis fière de moi !!! 

J’aime beaucoup faire ça pendant la période des fêtes de fin d’année. Yep, chuis comme ça moi. Pendant que tout le monde s’empiffre et se gave, je jeûne. Et j’entame le premier janvier au taquet !!! C’est une sensation de renouveau terriblement agréable, un goût de tout est possible accentué par l’inévitable petit travail d’introspection de fin d’année et par des projets plein la tête. Je le fais une deuxième fois dans l’année, voire une troisième fois, quand je sens que mon alimentation redevient du grand n’importe quoi et que j’ai envie de faire reset.

Bien sûr, pendant ces jeûnes, je continue à penser à la bouffe. Après tout, j’y pense 99,99999% du temps donc… Mais je n’ai pas faim, ni envie de manger, donc cela se passe bien.

Je n’ai pas eu l’occasion de jeûner ce Noël dernier. J’étais à Puerto Rico et pas du tout dans l’humeur de me priver ! Mais mon corps s’est rappelé à moi. Surtout le virus qui traîne dans le coin. Depuis mon arrivée en Haïti il y a 15 jours, cela ne se passe plus trop pareil quand ça sort en bas. Je te passe les détails, mais ça s’est empiré gentiment pour que finalement j’en ai la tête qui tourne et le besoin de piquer un sprint à des moments inappropriés. Ça tombe bien, c’était un vendredi. Le week-end s’est passé comme sur des roulettes, à peine trois siestes en deux jours, et là c’est mercredi, jour de reprise. J’ai apprécié ma demi-mangue et mon demi-pamplemousse au petit déjeuner (ils appellent ça un pamplemousse mais c’est un hybride entre orange et pamplemousse, super bon). Et la soupe est bien passée. En plus, maintenant, ça va mieux !

Et toi, tu as déjà jeûné ? Ça te dirait d’essayer ? Au moins une journée ?

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.