fbpx

J’entends souvent ce discours autour de moi et sur la toile : Ma vie ne me convient plus, je ne peux plus supporter cet environnement, ce train-train quotidien, j’ai envie de tout plaquer et de voyager. Est-il raisonnable d’envisager le voyage comme réponse à tous nos problèmes ?

Bien sûr que non ! Mais cela peut aider !!!

Quand tu voyages, tu es soumis.e à rudes épreuves. Tous tes automatismes, toutes tes certitudes, toutes tes bases quotidiennes s’effondrent. Tes repères extérieurs n’existent plus. Et cela peut être extrêmement éprouvant si tu n’es pas capable de trouver ces bases et ces fondations en toi. 

Quand j’entends ce discours du “tout plaquer”, une question me vient immédiatement en tête : Suis-je en train de fuir quelque chose ou suis-je en train de créer ma nouvelle vie ? Je me suis moi-même posée cette question de nombreuses fois, jusqu’à ce que la réponse soit, enfin, que le voyage représente pour moi la meilleure façon de me rencontrer, d’évoluer, de créer ma propre voie. Un jour, j’ai arrêté de fuir. Un jour, j’ai arrêté d’être une victime et de subir ma vie. Un jour, j’ai décidé de n’en avoir plus rien à foutre de ce que les autres attendaient de moi. J’étais prête. Et il m’a fallut 3 ans pour que cela devienne enfin une réalité !!! 3 ans entre la décision et le départ, comme je te le raconte ici.

Il m’a fallut tout ce temps pour créer en moi les ressources nécessaires pour être capable d’assumer une telle vie, pour créer les fondations solides, celles qui me permettent de me sentir à l’aise malgré l’inconfort incessant, d’apprendre de chaque difficultés, de me donner le temps de gérer toutes ces émotions, et bien sûr de créer l’espace en moi pour recevoir chaque instant merveilleux et chaque beauté inattendue qui se présentent à moi.

Bon, des fois, j’en chie grave… Il y a des jours où je me sens totalement exténuée. Là, je viens de passer deux jours la tête dans le coton à dormir et à ne rien pouvoir faire d’autre. C’est alors que je vais puiser dans ces fondations que sont le sommeil, justement, l’écriture dans mon Bullet Journal, et l’art de relativiser. Le combo à l’épreuve du feu pour se remettre sur pied !!!

En fait, le voyage, c’est un investissement en soi, dans son développement personnel, et cela commence avant de partir, au moment de prendre la décision. S’expatrier un week-end dans la creuse ou deux semaines en Italie peut représenter un challenge insurmontable à cause de tous les enjeux qu’on y met dedans. Avoir l’impression d’abandonner son chez soi et ses responsabilités, se sentir terriblement égoïste, se demander si on a une place là-bas, ne pas se croire capable de survivre ailleurs. Penses-tu ! Tu ne parles même pas l’italien. Ni le creusien en fait ! Hé hé !

Alors tu bloques et tu t’empêches de le faire, tu culpabilises même d’y penser. Et tu continues en espérant ne pas craquer, alors qu’il suffit de t’asseoir quelques heures et de te poser les bonnes questions. Le voyage (ou seulement l’idée du voyage, ou d’un déménagement, ou d’un changement de carrière…) n’est qu’une excuse pour aller chercher des réponses en toi. Aller explorer les petites rues inconnues.

Mais ne pas fuir. Je voyage avec mon bonheur, il est dans ma valise, c’est-à-dire dans ma tête et dans mon corps. J’aime à l’installer dans des endroits différents où il grandit, s’étoffe, s’émerveille ! C’est ça pour moi le voyage, cultiver son soi, comme on cultive un jardin. Sont légion ceux qui croient qu’ils vont perdre tout ce qu’ils ont gagné s’ils partent deux semaines en vacances. S’ils se déconnectent de leur environnement, on va les oublier. Or, c’est exactement le contraire, ça rend plus fort, pour soi et pour les autres. Ça permet de prendre du recul et de remettre les choses en perspective. Et de se reposer. Et de mettre de l’air frais dans sa tête. Et c’est déjà énorme !

Et toi, tu as envie de te donner le droit de voyager ?

Tu fuis ou tu crées ?

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.