fbpx

Journée idéale #1 

Le soleil me réveille après une délicieuse nuit, dans ma tiny house économique et écologique dotée d’un grand confort (mais un pied-à-terre à New York avec un énorme rooftop ou un grand jardin me conviendrait aussi, en toute franchise).

Le jour se lève. J’aime bien me lever tôt. Avant même d’ouvrir les yeux, je le sens, à côté de moi. Je ne peux m’empêcher de le toucher doucement et de l’embrasser tendrement, sur son épaule, probablement, pour ne pas le réveiller. Loupé ! Je m’étire, je profite de la douce lumière du matin, de tout le temps que j’ai devant moi.

Monstserrat

Je me lève enfin. Toujours commencer par passer le balai encore à poil et la tête dans le coton sinon je ne le fais jamais. Mon cerveau, une fois réveillé, trouve toujours une bonne excuse pour ne pas m’en occuper. Ensuite, c’est yoga, pour reprendre contact avec mon corps, avec la réalité et la vie. Oui, encore à poil. Puis il me prend l’envie d’une petite douche. Je m’habille, et je suis prête pour la journée ! Qui commence par regarder Facebook et Internet pour avoir quelques nouvelles du monde et des gens, accompagnée de mon sacro-saint café ! Bah quoi ? Ensuite, j’écris une heure ou deux. J’aime écrire le matin. Je suis pleine d’énergie, pleine d’idées toutes fraîches, installée à mon bureau avec vue sur mon jardin. C’est un spectacle constamment différent. Et pourtant je reconnais tout, parce que fondamentalement, tout est pareil. Mais différemment. Si, je me comprends. Tout est paisible. Je regarde, je sens, j’écoute, je ressens, je m’imprègne. Je prends le temps. Slow life.

Justement, ce jardin, il faut s’en occuper. Tant mieux, j’ai la main verte… Tiens ! Je commence à avoir faim ! Ça tombe bien, j’ai de quoi faire une ratatouille et une tarte aux fruits. Quel bonheur de manger ce que l’on a fait pousser. C’est bon, la ratatouille maison. Forcément un peu trop cuite, mais bonne. Le reste de la journée est consacrée à l’épanouissement artistique et personnel. Japonais ? Illustrator ? Physique quantique ? Dessin ? Ou promenade-ramassage de bois pour la cheminée, avec Archibald le chien qui me suit partout comme mon ombre. Il faut aussi que je prépare notre prochain voyage. Tellement de choses à faire.

La journée s’écoule ainsi, doucement. La fin d’après-midi ne serait pas parfaite sans mon traditionnel thé/ti biscuits. La nuit tombe. La soirée s’annonce douce et étoilée. On fait quoi ? On écoute de la musique ? On regarde un film ? On lit ? Un câlin ? Et allons nous coucher. C’est vrai quoi, je me lève tôt, moi. Se déshabiller, prendre une douche, s’enfoncer dans le lit.

Demain est bientôt là.

Journée idéale #2 

Le soleil me réveille après une délicieuse nuit passée dans un petit AirBnb bien confortable quelque part dans le monde.

Le jour se lève. J’aime bien me lever tôt. Avant même d’ouvrir les yeux, je le sens, à côté de moi. Je ne peux m’empêcher de le toucher doucement et de l’embrasser tendrement, sur son épaule, probablement, pour ne pas le réveiller. Loupé ! Je m’étire, je profite de la douce lumière du matin, de tout le temps que j’ai devant moi.

Old San Juan – Puerto Rico

Je me lève enfin. Toujours commencer par passer le balai encore à poil et la tête dans le coton sinon je ne le fais jamais. Mon cerveau, une fois réveillé, trouve toujours une bonne excuse pour ne pas m’en occuper. Ensuite, c’est yoga, pour reprendre contact avec mon corps, avec la réalité et la vie. Oui, encore à poil. Puis il me prend l’envie d’une petite douche. Je m’habille, et je suis prête pour la journée ! Qui commence par regarder Facebook et Internet pour avoir quelques nouvelles du monde et des gens, installée dans mon spot café/wifi préféré du moment, et accompagnée de mon sacro-saint café ! Bah quoi ? Ensuite, j’écris une heure ou deux. J’aime écrire le matin. Je suis pleine d’énergie, pleine d’idées toutes fraîches, à contempler ces gens et cette rue d’ailleurs. C’est un spectacle constamment différent. Et pourtant je reconnais tout, parce que fondamentalement, tout est pareil. Mais différemment. Si, je me comprends. Je me sens sereine. Je regarde, je sens, j’écoute, je ressens, je m’imprègne. Je prends le temps. Slow life.

Justement, ce nouvel endroit, il faut aller l’explorer. Les formes, les couleurs, les bruits, les odeurs, je me gorge d’éléments et d’informations, de matériaux pour mon inspiration. Tiens ! Je commence à avoir faim. Quel bonheur de découvrir la cuisine locale. C’est bon. Un peu épicé, mais bon. Le reste de la journée est consacrée à la découverte de cet endroit du monde. Musée ? Randonnée ? Flânerie dans ces rues inconnues ? Dessin pris sur le vif dans mon carnet de voyage ? Tellement de choses à faire et à vivre.

La journée s’écoule ainsi, doucement. La fin d’après-midi ne serait pas parfaite sans mon traditionnel thé/ti biscuits posée en terrasse. La nuit tombe. La soirée s’annonce douce et étoilée. On fait quoi ? On va boire un verre ? Écouter de la musique ? Débriefer ? Un câlin ? Et allons nous coucher. C’est vrai quoi, je me lève tôt, moi. Se déshabiller, prendre une douche, s’enfoncer dans le lit.

Demain est bientôt là.

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.