fbpx

Ours (NaNoWriMo 2020-21)

Je me replie sur moi-même. Je suis un ours dans sa grotte. Et c’est vachement bien !

J’ai fait le ménage dans mes réseaux sociaux, je me suis désabonnée, désinscrite, j’ai virer des « amis », unfollow des influenceurs, quitté plein de groupes et de souscriptions. J’ai même quitté Youmind ! 

Je dois avouer que cela me fait du bien. En fait, je me rends compte que tout ceci était une fuite en avant. Je cherchais désespérément les réponses ailleurs, et je ne m’écoutais plus, je ne m’entendais plus. Cela faisait bien longtemps que je ne m’étais pas autant écoutée. Rien pour parasiter. Ou presque. En tout cas infiniment moins de parasites

Je suis quelqu’un de très solitaire. La solitude est salutaire pour moi. Internet m’a permise de ne plus être totalement seule, de rencontrer des personnes qui me comprennent, qui se débattent avec les mêmes problématiques, qui ont des intérêts en commun, des sujets de fusion. C’est grisant ! Mais c’est aussi énergivore. Et moi, je n’ai pas beaucoup d’énergie. En faisant table rase, je regagne en énergie et commence à remonter du fond du fond. Un peu. 

L’autre jour, je me suis re-extasiée sur les joulies pitites fleurs qui jonchent le chemin qui mène à ma case. Instagram a apprécié ! Cela faisait des semaines que je ne les voyais plus, alors que d’habitude je lâche des « mais que t’es toute une choupinette toi ! » tous les 3 mètres.
Des fois, quand je marche, je retrouve ce petit sourire intérieur, qui je pense est également extérieur. Ça m’arrive plus souvent parce que je vais plus souvent à Pedernales. À Ansapit, je suis trop soumise aux sollicitations des autres, et ça me stresse. Mais à Pedernales, c’est plus exceptionnel, je n’ai pas besoin de dire 36 « Bonjou, koman ou ye ? An fom e ou mem ? » à la suite (désolée pour l’orthographe haïtienne, je débute).

Bref, ça va mieux. Je travaille même sur des projets dis donc !

Je me rends compte que je ne suis pas faite pour travailler avec d’autres. Je me demande dans quelle mesure je peux créer un business pérenne et durable sans avoir à faire aux gens. Je fais mon truc, je le mets en ligne, tu l’achètes, mesi anpil a pli taw.

Je ne sais même pas si en fait je veux te vendre des trucs. En fait, je veux créer des trucs, les mettre à disposition, et puis toi tu me donnes si tu veux. C’est le modèle vers lequel je me dirige. Personne ne doit rien à personne. Tout le monde se fait plaisir.

Je travaille encore dessus pour savoir comment cela va fonctionner précisément, mais l’idée me séduit beaucoup. Elle me soulage surtout. Pas besoin de vendre. Du coup, je me demande dans quelle mesure je vais garder « Business » dans mes axes de vie… je t’en parle bientôt de mes axes de vie, j’ai l’intention de faire un atelier autour de mon système d’organisation personnelle. Toute seule dans mon coin. Parce que je le sens bien comme ça. Et je suis suffisamment challengée dans d’autres domaines.

On se tient au jus !

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.